Définitions

Rabattre employé comme verbe

  • Rabaisser, faire descendre.
    • Abaisser, réprimer.
      • Figuré
    • Diminuer, retrancher de la valeur d'une chose, du prix qu'on en demande.
      • Ramener vivement vers un endroit.
        • Battre la campagne pour pousser (le gibier) vers des filets ou des panneaux tendus, ou vers la ligne des chasseurs.
          • Chasse
        • Fermer, clore.
          • Aplatir.
            • En parlant des plis d'une robe
          • Détourner (un coup), le rompre en rabaissant le fer de son ennemi.
            • Escrime
          • Faire passer le rouleau sur les avoines déjà levées, pour aplanir la terre.
            • Agriculture
          • Remplir (les ornières, les sillons) de la terre qui s'est élevée au bord.
            • Couper (un arbre, une branche) de manière qu'il ne soit plus aussi élevé ou que ce qui reste soit plus vigoureux.
              • Révoquer (le défaut qu'il avait donné contre une des parties, faute par elle d'avoir comparu).
                • Pour le juge, à l'audience
              • Quitter un chemin et se détourner tout d'un coup pour passer dans un autre.
                • Intransitif
              • Arriver, revenir, rentrer.
                • Intransitif
                • Argot
              • Changer tout d'un coup de propos, après avoir parlé de quelque matière.
                • Pronominal
                • Figuré
              • Se borner, se restreindre.
                • Pronominal
              • En parlant d'un cheval dans une course hippique, venir à la corde.
                • Pronominal
                • Sports hippiques

              Exemples

              Madame Fusellier la conduisit dans le salon où elle alluma le feu. Et, comme le bois fumait et ne flambait pas, elle restait penchée, les deux mains sur les cuisses.<br", "Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958"], ["Les aéronats roulaient, tanguaient, dérivaient ; des rafales de grêle les rabattaient vers la terre […].

              — H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d'Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 246 de l'édition de 1921

              […] il s'enlumina la trogne à la manière d'un clown ou plutôt d'un ivrogne, avant de rabattre sur son front une longue mèche de cheveux.

              — Francis Carco, L'Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938

              Il saisit Héloïse, l'enlève entre ses bras […], et la transporte doucement, parmi les couvertures qu'il rabat sur elle.

              — Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958

              Rabattre l'orgueil, la hauteur, le ton, la fierté de quelqu'un.

              — Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958

              Le froid, la grippe, les difficultés d'un voyage en diligence vinrent rabattre beaucoup de leur enthousiasme.

              — Julien Green, Nathaniel Hawthorne, dans Suite anglaise, 1927, Le Livre de Poche, page 123

              La consommation de stout, au lieu de saint-émilion, m'aurait rabattu environ quatre shillings et demi, soit vingt-six francs.

              — Léon Daudet, Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux/Vingt-neuf mois d'exil, Grasset, réédition Le Livre de Poche, page 511

              Ces chiffres sont à rabattre, tenu compte de l'entrecroisement des sangs, le même aïeul se retrouvant fréquemment à l'intersection de plusieurs lignées, comme un même nœud à l'entrecroisement de plusieurs fils.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              Il faut rabattre beaucoup du prix que vous demandez.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              Un marchand qui vend sa marchandise sans en rien rabattre.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              Il n'en rabattrait pas un sou.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              Rabattre de l'estime qu'on avait pour quelqu'un.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              Il y a beaucoup à rabattre de ce qu'il dit.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              Il faut en rabattre de moitié.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              Le général rabattit l'ennemi sur ses positions.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              L'armée ennemie se rabattit sur telle place.

              — Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 45-46

              — Moi, la première fois que j'ai donné un baiser à une femme, c'était sous un noyer, où nous avions été rabattus par une de ces averses de printemps…

              — Paul-Jean Toulet, Mon Amie Nane, 1922

              On fait du bruit pour rabattre le gibier.

              — Paul-Jean Toulet, Mon Amie Nane, 1922

              Peu avant d'arriver à l'angle de l'aile, non loin du perron, ils remarquèrent une croisée sur laquelle étaient rabattus les contrevents tout de guingois et que l'on pouvait ouvrir facilement.

              — André Dhôtel, Le Pays où l'on n'arrive jamais, 1955

              Penchée au-dessus du guéridon, elle choisit une cigarette dans le coffret dont elle rabattit le couvercle d'un coup sec [...].

              — Angelo Rinaldi, L'éducation de l'oubli, Denoël, 1974, page 281

              Quand vous serez en tel lieu, vous rabattrez à main droite. Il faut rabattre par tel endroit.

              — Angelo Rinaldi, L'éducation de l'oubli, Denoël, 1974, page 281

              Tous les locataires ont vite rabattu dans ma piaule.

              — Alexandre Breffort, Mon taxi et moi, Éditions de la Corne d'or, Nice, 1951

              D'ici que les flics rabattent dans le cirque, y'a pas des kilomètres.

              — Robert Tachet, Alors, pommadé, tu jactes ?, Éditions le Condor, Paris, 1953

              Une femme mariée, sans doute, car certains jours le dab rabattait vers deux du mat' ; [...].

              — Albert Simonin, Une balle dans le canon, Série noire, Gallimard, 1958, page 147

              Après avoir parlé quelque temps de choses indifférentes, Il se rabattit sur la politique.

              — Albert Simonin, Une balle dans le canon, Série noire, Gallimard, 1958, page 147

              Après avoir exigé telles et telles conditions, il se rabattit à demander simplement que…

              — Albert Simonin, Une balle dans le canon, Série noire, Gallimard, 1958, page 147